Vie Pratique

Comment bien protéger sa famille chez le notaire ?

Se tourner vers le notaire pour protéger sa famille

Le métier du notaire est déterminé par l’ordonnance du 2 novembre 1945, article 1er. Certes, recourir à cet officier public n’est pas obligatoire. Cependant, son aide juridique peut s’avérer nécessaire pour protéger sa famille.

Rédaction d’un testament par le notaire

Afin de désigner les bénéficiaires de ses biens après son décès, un testateur sera amené à rédiger un testament. Ce document peut prendre différentes formes dont le testament olographe qui reste le plus usité. Néanmoins, le testament authentique a le mérite d’être fiable parmi toutes les formes disponibles.

Dans ce sens, le contenu de ce document est quasiment incontestable. Sa rédaction sera prise en charge par le notaire à qui le testateur dictera ses volontés. Cela fait en principe foi de son origine, son contenu et sa date. De plus, ce document sera conservé par le notaire, le préservant de toutes éventuelles altérations ou pertes. Cette forme de testament paraît alors plus intéressante pour organiser sa succession et ainsi protéger ses proches.

Prise en charge du règlement d’une succession

Elle comprend en principe 4 grandes étapes durant lesquelles l’intervention du notaire est primordiale. Il y a d’abord l’établissement de l’acte de notoriété. C’est pendant cette étape que cet officier public listera les personnes appelées à recueillir la succession. Pour cela, il a besoin d’avoir en main tous les documents pour identifier tous ceux qui sont concernés par la succession.

La démarche se poursuit par l’élaboration du bilan du patrimoine du défunt. Devront y figurer les dettes ainsi que les biens appartenant à la personne décédée. Ensuite, le notaire va accomplir les formalités fiscales et hypothécaires liées au décès. La dernière étape sera le partage des biens. Cependant, les héritiers pourront choisir de ne pas passer par ce stade en cas de désaccord. Enfin, il faut mentionner que le délai de revendication d’une succession a été réduit à 10 ans depuis 2007.